null

Le yoga pour les réfugiés avec Ourmala

Par Laura Sugden, journaliste indépendante

null

Marchant sur les pavés, on perçoit l’unique senteur de musc des fermes et les abeilles bourdonnent gaiement au-dessus de nos têtes. On se croirait à des kilomètres des rues animées et originales de l’Est de Londres. Et pourtant, c’est exactement là que nous sommes. Les tapis de yoga se déploient sur le plancher irrégulier en bois et on entend le chant des coqs au loin.’Nous sommes bien loin d’un cours de yoga traditionnel. Les gens commencent à arriver à cet atelier peu commun dans des vêtements colorés et dépareillés, pas un soupçon de Lycra ou de Luon en vue. Certains se faufilent, les épaules voûtées et la tête en bas alors que d’autres lancent un regard timide en arrivant. Quelques’ accolades entre amis et des « salut » en langues peu familières alors qu’ils s’installent sur leur tapis.

Emily Brett l’enseignante et fondatrice de Ourmala, arrive, et la classe lui sourit collectivement et chaleureusement. Nous commençons par des exercices de respiration, invitant l’espoir en joignant nos mains en signe de namasté. Nous étendons nos bras pour chasser le stress, la peur et la négativité que nous expirons. Avec chaque souffle, nous nous engageons à être plus vivant et présent. Puis, Brett demande à la classe de faire un souhait en silence. Le silence poignant et les expressions des visages aux yeux fermés indiquent clairement que la séance de yoga est bien plus qu’un simple exercice physique.’

null
null

"Le Yoga a la capacité unique de connecter les gens à eux-mêmes, à travers le mouvement, la respiration, et la méditation. Il apporte la paix de l’intérieur.”

Emily Brett, fondatrice de Ourmala

 

Brett a lancé Ourmala, une organisation à but non lucratif en 2011 alors qu’elle faisait du bénévolat pour la Croix-Rouge britannique. Après avoir fait l’expérience des propriétés thérapeutiques du yoga, elle a cherché à comprendre le véritable objectif du yoga dans sa vie quotidienne. Ourmala fait partie de sa réponse. “La philosophie du yoga, qui est si pratique, et les outils et techniques de yoga sont d’une grande aide dans les périodes difficiles et dans les moments heureux, ”dit Brett. “Nombreux sont ceux qui demandent l’asile au Royaume-Uni. Ils tombent dans l’oubli et pourraient grandement bénéficier de ce soutien.” Brett a suivi une formation de professeur de yoga après avoir pratiqué l’asana et la méditation depuis plus de 10 ans, car elle voulait travailler avec la communauté des réfugiés. —Le reste appartient à l’histoire.

Ourmala propose des cours de yoga spécialisés, un soutien pratique et une communauté pour les personnes demandant l’asile ou ayant le statut de réfugié. Nous sommes passés d’un seul cours hebdomadaire de femmes à Hackney City Farm pour en offrir aujourd’hui neuf chaque semaine à Londres. Nous accueillons des femmes, des hommes et des jeunes et offrons un soutien important aux mamans et bébés réfugiés. Ils font régulièrement un trajet de deux heures pour venir au yoga. Les frais de transport sont pris en charge pour que tout le monde puisse se permettre de venir. D’autres cours sont prévus pour réduire les temps de trajet, mais pour l’instant, les clients semblent heureux de faire le voyage.

“Le yoga peut être profondément, transformationnel,” dit Brett, de ses effets sur ce groupe de personnes marginalisées. “Il a la capacité unique de connecter les gens à eux-mêmes, à travers le mouvement, la respiration et la méditation. Il apporte une paix intérieure.” Et pour ceux qui ont fui les zones de guerre, la traite sexuelle et la torture et souffrent de symptômes de stress post-traumatique, de dépression ou d’insomnie ; —être capable de reconstruire la paix intérieure est un énorme pas vers la guérison

null
null

“Quand j’ai débuté, même à mon premier jour, je me suis sentie transformée. J’avais trouvé mon chez-moi.”

Jane, mère célibataire du Nigéria

 

Bien que des dispositions soient prises pour le logement et les soins médicaux et juridiques de base des réfugiés et demandeurs d’asile au Royaume-Uni, ils ne sont autorisés à travailler qu’avec l’obtention de leurs statuts de réfugiés —patientant souvent des années avec 5,28£ par jour pour vivre. C’est une vérité indéniable—mais grâce au yoga, Brett essaie de créer un espace de guérison et une véritable communauté bienveillante pour ses clients. Un environnement stable où ils peuvent se sentir en sécurité, se faire des amis et obtenir le soutien dont ils ont besoin pour les aider à s’intégrer dans la société britannique.

“La première fois que je suis venue (à Ourmala), la première accolade, je n’ai jamais eu ce genre d’accueil chaleureux avant,” dit Jane, une mère célibataire du Nigéria. “Quand j’ai débuté, même à mon premier jour, je me suis sentie transformée. J’avais trouvé mon chez-moi.

”La majorité des clients de Ourmala’est orientée par des psychothérapeutes, conseillers et travailleurs sociaux pour faire face au stress et à l’anxiété, et tous les enseignants ont une formation spécialisée pour travailler avec les réfugiés. “Nous enseignons le yoga Ashtanga, centré sur la stabilité. Notre programme s’appuie sur l’expérience clinique et tient compte des traumatismes, du genre et des différences culturelles, ”explique Brett. “Il y a certains aspects importants à prendre en considération afin d’assurer la plus bénéfique des expériences à nos clients.”

Brett ajoute que même s’ils sont sensibles au passé de leurs clients,’ le cours est axé sur la positivité et l’émancipation. “Cela rejoint l’enseignement du yoga. On pratique avec un cœur ouvert et en gardant la tête haute.” La philosophie du yoga est enseignée sous forme d’outils pratiques que les clients peuvent appliquer à leur vie quotidienne. Et, à la fin de chaque séance, ’on a toujours le temps de discuter en prenant un thé et des biscuits ou un repas chaud.

null

“’C’est un endroit où vous pouvez prendre du temps pour vous-même et oublier vos soucis” dit Maude, une réfugiée albanaise qui attend son permis avec sa fille depuis cinq ans. “Rien n’est facile pour nous, mais au moins il y a des endroits où l’on se sent bien, où l’on oublie nos soucis et où l’on peut se détendre. Après avoir essayé le yoga pour la première fois, j’ai vraiment pu voir ses bienfaits, en particulier pour les personnes qui ont traversé des moments difficiles comme nous.”

C’est’ l’ambiance créée par le yoga à Ourmala qui se démarque le plus, avec ce sentiment d’inclusion, de joie et de connexion entre des individus qui ont connu le pire et qui se donnent vraiment les moyens d’avancer.

“Nous pratiquons le yoga ensemble, nous ne faisons qu’un, quelles que soient’ notre appartenance ethnique ou notre formation,” dit Kate, victime du trafic sexuel et en attente d’être régularisée depuis 11 ans. “Cela apaise ceux qui luttent au quotidien et nous procure une sensation de liberté."

null
Des cours ouverts au public sont également organisés chaque semaine à travers Londres, où des fonds sont recueillis et des informations sur leur travail sont fournies. Cliquez ici pour participer, trouver un cours proche de votre domicile ou pour obtenir plus d’informations. *Tous les noms des clients de Ourmala mentionnés dans cet article ont été modifiés pour leur sécurité personnelle.